Portoferraio depuis les Romains jusqu’à Napoléon... et ses richesses naturelles

L'Acquamarina est un hôtel situé à Portoferraio, dans la partie nord du chef-lieu de l'Elbe, dans la zone de biologie marine de Portoferraio et de Scoglietto. Mais voyons quelque chose de plus sur Portoferraio et son territoire.

Le charme opère dès que le ferry franchit l’entrée du golfe de Portoferraio, près du grand phare qui, telle une sentinelle silencieuse, se dresse sur les rochers du Grigolo.

Sur le côté opposé, le Château du Volterraio défendait autrefois l’île. Il s’agit de la fortification la plus ancienne de l’Ile d’Elbe. Bâti par les Etrusques pour protéger l’île, il résista aux assauts des pirates turcs, qui pillèrent à plusieurs reprises l’Elbe au cours du XVIème siècle.

Les Etrusques d’abord puis les Romains firent fortune grâce aux richesses minières locales. On en retrouve la trace dans le mot latin «Fabricia» (les fabriques sidérurgiques) et dans le terme médiéval «Ferraia», à l’origine du toponyme de Portoferraio. En plus d’extraire des minéraux, les Romains découvrirent les autres richesses du territoire, comme les boues thérapeutiques et l’excellent vin de l’Elbe, que Pline qualifia d’«île au bon vin». Les Musées Archéologiques de Portoferraio et Marciana exposent d’anciennes amphores, retrouvées au fond de la mer, qui témoignent d’une intense activité commerciale.

Les imposants remparts Médicéens qui entourent la ville, avec la Darse abritée et silencieuse, souhaitent la bienvenue à tous ceux qui arrivent à Portoferraio. L’on peut remarquer les fortifications érigées par Côme 1er de Médicis – Forte Falcone, Forte Stella e Forte della Linguella – toutes protégées par une enceinte qui était considérée à l’époque comme «imprenable». L’ancienne Cosmopolis, fondée en 1548 par Côme de Médicis dans le but précis de se débarrasser des pirates pour rendre les commerces maritimes plus sûrs, fut considérée comme un chef-d’œuvre d’ingénierie militaire et un abri naval unique dans la Méditerranée.

Lors des incursions des pirates, elle pouvait accueillir une grande partie de la population de l’île. Entre 1548 et 1700, ses systèmes de défense furent sans cesse modernisés et améliorés. Un canal navigable fut même creusé dans le «front de terre» pour mettre en communication le port (là où les ferries jettent aujourd’hui leur ancre) avec la plage des Ghiaie, de manière à faire de la ville une véritable île fortifiée. Le canal fu recouvert en 1925 pour permettre l’expansion de la ville au-delà des remparts, mais la zone traversée par la route qui relie l’ancienne ville aux nouveaux quartiers s’appelle toujours «Ponticello», en mémoire de l’ancienne Portoferraio qui, bien que désormais disparue, est restée dans le cœur de nombreux habitants.

En débarquant à Portoferraio, les nombreux touristes négligent parfois les richesses historiques de la ville. Lors de son exil, qui dura 9 mois, Napoléon fut accueilli avec beaucoup de chaleur par les habitants de l’Elbe. Il décida de s’installer dans une résidence située entre Forte Stella et Forte Falcone, où il recréa une petite cour élégante, avec les vêtements et les objets qu’il fit venir de Paris. La ville de Portoferraio n’avait jamais été aussi coquette et frénétique, un véritable carrefour d’artistes, peintres et musiciens. Napoléon fit construire un Petit Théâtre; il apporta des innovations et réorganisa la ville, à laquelle il offrit le drapeau aux trois abeilles, symboles de l’esprit travailleur des habitants de l’île, qui flotte toujours sur l’Elbe.

À partir du début du XXème siècle, l’extraction du minerai évolue avec l’installation près du port de hauts fourneaux pour transformer le fer en fonte. Portoferraio se transforme en une moderne ville industrielle. Le port est élargi pour accueillir le ballet incessant des navires, qui chargent le minerai sur de longs quais. Mais ce n’est pas la dernière révolution à laquelle assistera la ville. Après la fermeture des aciéries, frappées par les lourds bombardements qui ont détruit aussi quelques-uns parmi les plus beaux hôtels particuliers de la ville, l’Elbe se découvre une vocation touristique, alimentée par les richesses de son territoire, et Portoferraio, grâce à ses infrastructures portuaires, en devient la porte d’entrée idéale.

Français